48 heures pour découvrir Oslo, la surprenante

 

En mai, Mr. Ketchup et moi nous sommes accordés une semaine de vacances. Nous avons longtemps hésité sur la destination : nous avons failli nous envoler pour Hong-Kong... et nous sommes retrouvés en Norvège ! Nous avons suivi notre coeur (les grands espaces, la liberté) et notre budget (des vols super optimisés pour moins de 300€ !) et avons atterri à Oslo le 4 mai vers 22h après un voyage... mouvementé.

Nous avons en effet failli louper notre avion à cause de problèmes de transports (pour ceux qui n'habitent pas en France, nos transports publics ont été largement paralysés entre avril et juillet du fait de grèves). Je nous revois encore, angoissés dans ce RER bloqué en pleine voie, puis nous pressant pour arriver à temps à la porte d'embarquement... Parce que, comme si les grèves ne suffisaient pas, j'ai eu la bonne idée de louper une marche deux semaines avant le départ et... de m'en tirer avec une rupture partielle du ligament à la cheville droite. Bien joué, Mademoiselle Moutarde -et ses béquilles... moutardes, on ne se refait pas !

Vous l'aurez compris, ce voyage ne débutait pas sous les meilleurs auspices mais, sans tout vous révéler, nous avons passé 10 jours magiques en Norvège et j'ai hâte de tout vous raconter !

Zoom sur notre roadtrip
1. 48 heures à Oslo
2. Bergen la charmante
3. Début du roadtrip, de Bergen au Preikestolen
4. La liberté sur les routes, jusqu'au Naeroyfjord

Du Palais Royal au coucher de soleil depuis l’Opéra, une longue journée de balade dans le centre-ville d’Oslo

Les prix des hôtels étant majoritairement hors budget pour nous, en Norvège et particulièrement à Oslo, nous avions réservé une chambre privative dans un Airbnb non loin du centre-ville. Nous avons récupéré les clés dans un supermarché au coin de la rue et avons pu arriver à l’heure qui nous convenait pour nous effondrer sur notre lit (après 30 minutes passées à appliquer religieusement des glaçons sur ma cheville qui avait difficilement supporté le transport et la course jusqu’à la porte d’embarquement…). Bref, 10/10 pour la logistique !

Le lendemain matin, nous étions fin prêts pour partir à l’assaut d’Oslo. Notre appartement se trouvant non loin de la gare, nous sommes rapidement passés acheter nos billets de train du lendemain, pour Bergen. 1500 NOK (150€ à peu près) pour deux billets, vraiment pas donné mais un voyage sur l’une des plus belles lignes de chemin de fer, cela se paie (je reviendrai sur ce trajet dans mon prochain article mais c’était EXTRAORDINAIRE !). Nous nous sommes ensuite baladés en passant devant des bâtiments très colorés et un pont à l’architecture étrange présentant des plongeurs en acier, sommes passés devant la Cathédrale puis avons grignoté des gaufres salées – saucisse / ketchup, la grande classe – à Harald’s Vaffel. Nous avons continué à marcher jusqu’au Parlement, un énorme bâtiment plein de charme donnant sur une jolie place arborée avec une grande fontaine. On y trouve aussi trois sanisettes aux couleurs françaises, frappées de notre devise “liberté, égalité, fraternité”. C’est original, et c’est une oeuvre artistique et politique destinée à célébrer le 200ème anniversaire de la Constitution norvégienne, fortement inspirée des constitutions française et américaine. J’ai pu tremper mon pied dans l’eau glacée lors d’une petite pause avant de repartir pour parcourir la rue principale jusqu’au Palais Royal, après être passés devant le théâtre national et le musée national. Le drapeau est hissé, les royals sont là ! Nous avons ouvert l’oeil, mais pas de tête couronnée en vue.


















Nous nous sommes ensuite dirigés vers la Forteresse d’Akersus, qui nous a offert une jolie sur le port de plaisance. Nous avons nous assoir sur les remparts pour une petite pause passée à admirer le ballet des bateaux avant de reprendre notre route et de nous retrouver dans une ambiance quasi méditerranéenne au détour d’un chemin. Réellement surprenant ! Nous sommes ensuite allés à pied jusque l’Opéra National, dont l’architecture entre terre et mer est célèbre dans le monde entier, à juste titre. Nous nous sommes contentés de passer devant afin de continuer notre balade dans le centre-ville que j’ai trouvé plutôt animé et festif, et d’aller faire quelques courses afin de préparer à manger dans le Airbnb (eh oui, Oslo c’est cher, alors contrairement à nos habitudes en voyage on ne mange pas tout le temps au restaurant !)









Après avoir englouti notre repas maison gourmet (pâtes pesto, s’il vous plaît !), nous avons entrepris de retourner à l’opéra pour profiter d’une belle vue au moment du coucher de soleil. Google Maps ayant décidé d’achever ma pauvre cheville, nous avons fait un énoooorme détour, qui nous a fait louper le coucher de soleil MAIS nous a permis une visite originale des quartiers business (La Défense version Norvège) et en construction de la capitale. Il faut dire que les projets de construction poussent comme des champignons dans toute la ville : c’est notamment visible lorsqu’on grimpe sur le toit de l’Opéra (concept étrange et un peu perturbant !). Nous avons passé un long moment à admirer la vue depuis le toit, profiter de ces instants de douceur dans la lumière dorée du soleil couchant. Nous sommes finalement redescendus et avons été prendre un verre dans un bar branché très mignon non loin de là, le Mekaniske Verksted. L’intérieur est très cosy, les murs décorés avec de grandes cartes du monde et les bouquins en libre service donnent envie de revenir en pleine journée pour profiter d’une après-midi de détente.









Grünerlokka, où le street-art est roi

Le lendemain matin, nous nous sommes donnés pour objectif d’aller à Grünerlokka : un quartier d’Oslo connu pour ses gigantesques oeuvres de street-art. Nous avons ainsi longé la rivière, en ayant l’impression de nous être transportés en plein milieu de la campagne, avant d’arriver sur la rue Brenneriveien, point d’entrée du quartier. En effet, les murs sont parés de couleurs éclatantes et j’ai passé de longues minutes à tout absorber, regarder partout, observer le moindre détail. C’est un coin fantastique !











La presqu’île de Biydoy, la campagne à Oslo

Nous n’avons malheureusement pas pu nous attarder et sommes repartis vers le port prendre le ferry en charge de nous transporter vers la presqu’île de Biydoy qui abrite de nombreuses résidences secondaires et une population majoritairement aisée (pour preuves les beaux bateaux amarrés devant certaines maisons…). Nous sommes descendus au 1er arrêt (sur 2) et avons marché une quinzaine de minutes afin d’aller visiter le Folksmuseum, musée en plein air qui abrite une collection intéressante de bâtiments et objets historiques, témoins de la culture et de l’architecture norvégienne. Nous avons passé plus de 2 heures dans ce musée, et c’était vraiment une belle découverte. Une exposition nous a notamment appris beaucoup sur les Sami, peuple dont les coutumes et les savoirs faire ont été largement bannis suite à l’imposition du christianisme en Norvège. Mais depuis quelques années, le gouvernement norvégien a pour objectif de revaloriser la culture Sami : un gouvernement autonome a même été créé, ainsi que plusieurs associations défendant les droits des Sami. C’était vraiment passionnant. Nous avons vu une Stavkirke, qui est une église construite entièrement en bois, une banque, une vieille station essence et plusieurs bâtiments d’habitation témoignant de l’évolution des moeurs et habitudes de vie des norvégiens. Visiter ce musée était une super expérience, on aurait honnêtement pu y passer encore plus de temps et je vous le conseille chaudement.























OSLO, LE BILAN
Je ne savais pas à quoi m’attendre en débarquant à Oslo, car j’avais entendu des avis contrastés sur la ville émis par mes proches ou des blogueurs/blogueuses que je suis régulièrement. Mais j’ai beaucoup apprécié son ambiance animée, son architecture bigarrée et le contraste saisissant entre ses différents quartiers. J’ai l’impression que c’est une ville dans laquelle il fait bon vivre, et dans laquelle j’aurai plaisir à revenir un peu plus longtemps.
En attendant, il était temps de nous rendre à la gare, direction Bergen, via une ligne de chemin de fer parmi les plus célèbres du monde. Je vous dirai tout (spoiler : c’était…incroyable!) dans un prochain article

A bientôt,

Leave a reply

Your email address will not be published.