Partie 5 – Visite des incontournables de Lisbonne : Belem et le Cristo Rei

 

Voici venu le temps de mettre la touche finale à la description de mes aventures à Lisbonne, l’été dernier. J’étais partie à la découverte du Portugal avec mon amie M. et nous avions passé une semaine intense entre balades citadines, plage et randonnée dans les montagnes de Sintra.

Petit recap’ en images de nos expériences lisboètes :
#1 – Découverte de Lisbonne avec le tramway n°28 (ici)
#2 – Lisbonne by night, c’est parti pour la fiesta (ici)
#3 – Petite escapade à Cascais pour profiter de la plage (et de l’eau glacée de l’Atlantique…) (ici)
#4 – Excursion à Sintra, pour une alliance parfaite entre culture et nature (ici)
#5 – Visite des incontournables entre Belem et le Cristo Rei : ça, c’est pour aujourd’hui !

Direction Belem, quartier emblématique (et très touristique) de Lisbonne

Le Monastère des Hiéronymites, grandiose !

Nous avions prévu de commencer notre journée par une visite du Monastère des Hiéronymites, monument incontournable à Belem et qui, par conséquent, attire les foules. Afin d’arriver suffisamment tôt, nous avons sauté le petit-déjeuner, ce qui nous a donné la parfaite occasion pour nous régaler de délicieuses pasteis de nata à la pâtisserie la plus connue de toute la ville : Pasteis de Belem. Nous avons fait un stock de pasteis pour les déguster dans la file d’attente du Monastère qui, 30 minutes avant l’ouverture, commençait déjà à s’allonger. Ce petit plaisir nous a permis de ne pas voir le temps passer !

Une fois les portes ouvertes, nous avons enfin pu découvrir cet imposant édifice et nous avons été conquises immédiatement. Mes coups de coeur :
Le cloître : les arcades magnifiquement travaillées sur deux étages donnent sur un petit jardin qui invite à la balade et au calme. Les ombres projetées sur le sol entre les piliers gravés permettent d’intéressants jeux de lumière et illuminent des minuscules détails qu’on passe de longues minutes à étudier.

L’église : pour vraiment prendre la mesure de la taille de l’édifice, il faut l’observer depuis la mezzanine accessible directement depuis le cloître. Les visiteurs paraissent alors tout petits et l’on observe mieux les détails des superbes vitraux colorés.

Nous avons passé plus d’une heure à l’intérieur du Monastère à nous imprégner de son histoire et à en admirer les moindres détails. Un vrai coup de coeur !










La Tour de Belem, perdue dans un brouillard coriace
Après cette première visite, nous sommes allées à pieds jusque la Tour de Belem – le trajet nous a pris une petite demie-heure. Le petit conseil en plus : prenez un billet combiné Monastère + Tour de Belem , qui vous permettra d’économiser un peu d’argent et de bénéficier d’un billet coupe file à la Tour ! C’était assez jouissif d’éviter la (très) longue file d’attente pour atteindre l’entrée de la Tour. Nous avons commencé par monter une grande volée de marches en colimaçon afin d’arriver au sommet : mes cuisses en ont souffert ! Une fois arrivée la-haut, nous avions l’impression d’être perdues dans un brouillard compact, on ne voyait même pas l’eau et encore moins la rive d’en face. Mais nous avons attendu et, petit à petit, le miracle est arrivé : le brouillard s’est finalement (légèrement) levé, créant une atmosphère très particulière avec des volutes de brume encadrant le Cristo Rei sur la rive d’en face. C’était… intrigant et réellement touchant. Un beau moment !











Nous sommes redescendues tranquillement après un nombre incalculable de photos, et avons bu une limonade en longeant le quai nous ramenant à la station de train. Nous sommes passées devant un petit port de plaisance juste à côté du Monument de Christophe Colomb et du Musée d’Art populaire. Nous avons déjeuné dans un petit restaurant juste derrière la gare fluviale, donnant sur l’eau.

Le Cristo Rei, dominant la ville de toute sa hauteur

Pour rejoindre le Cristo Rei, nous avons commencé par prendre le bateau afin de traverser le fleuve, puis nous sommes montées dans le bus 101 qui nous a déposées tout près du Cristo Rei en une quinzaine de minutes. Après avoir payé 6€ via une machine automatique, nous avons pu accéder à l’ascenseur qui a fait 90% du boulot. Nous avons fait les 10% restants à pieds, sinon ce serait trop facile ! Et la vue époustouflante qui s’offre à nous au sommet vaut bien de monter quelques marches. D’un seul coup d’oeil, on voit le pont, le fleuve, la ville qui s’étend de l’autre côté, c’est un panorama absolument magique. Sur le socle de la statue -diablement imposante !- des inscriptions en plusieurs langues de “Dieu est amour” sont gravées. Une fois redescendues, nous avons continué à admirer la vue depuis l’esplanade devant l’édifice et nous avons marché tranquillement jusqu’à l’arrêt de bus puis avons repris le ferry afin d’aller prendre un petit goûter au Time Out Market dont j’avais déjà parlé dans un article précédent.











Voici venu le temps de clore ce chapitre sur Lisbonne. J’ai vraiment apprécié visiter cette ville, pleine de contrastes pour peu que l’on prenne le temps d’en apprécier les différentes ambiances et de découvrir ses quartiers. Je me suis aussi promis de retourner plus longuement à Sintra, car je suis tombée amoureuse de ce coin de verdure qui cache de somptueux Palais. J’espère vous avoir donné envie de braver la chaleur et les côtes qui n’en finissent pas pour venir profiter de cette superbe ville, et je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Leave a reply

Your email address will not be published.