Roadtrip en Norvège : Stavanger, la ville industrielle

Après une belle soirée en bord de plage à Akrasanden, nous nous sommes levés en pleine forme pour continuer notre voyage à bord de notre bien-aimé Nugget le campervan.

Nous voilà donc partis pour prendre le ferry, sous un grand soleil. La route est moins jolie, nous empruntons majoritairement de grandes autoroutes. Nous passons cependant à proximité de maisons faites de grosses pierres, auprès desquelles sont amarrés des bateaux colorés. Une fois sur le ferry, nous profitons des 20 minutes de traversée pour recharger les batteries des appareils photo : chaque minute compte ! Et en attendant que ça charge, on profite du paysage accoudés à la balustrade.

Un centre historique petit mais charmant

Nous arrivons à Stavanger vers 12h30, nous garons sur un parking à la sortie de l’autoroute et partons explorer la ville, particulièrement connue pour son activité pétrolière. Il s’agit de la 4ème ville de Norvège, elle est donc très étendue mais nous nous sommes concentrés sur le centre historique, qui borde le port.

Depuis quelques années, les murs de Stavanger sont recouverts de street-art, et nous avons adoré faire la chasse aux fresques colorées alors que nous nous baladions. Elles sont partout !

Le fascinant ballet des bateaux dans le port industriel

Nous nous sommes arrêtés sur le port pour observer les manoeuvres d’un bateau, venu récupérer une petite plateforme pétrolière en mer. C’était long, mais plutôt fascinant. Les cris, les gestes, les couleurs vives, l’odeur de l’eau, les mouettes volant autour de nous… on avait vraiment l’impression d’être ailleurs. Nous avons regardé la plateforme bouger, petit à petit, jusqu’à ce qu’elle ne soit plus qu’un point à l’horizon.

Puis, nous avons été admirer quelques bateaux amarrés dans le port de plaisance, certains énormes, d’autres de taille plus raisonnable.

Petit changement de programme inopiné pour la fin de journée

Nous avions initialement prévu de nous garer pour la nuit à mi-chemin entre Stavanger et Preikestolen, et j’avais même localisé un parking mignon à Tau, tout près de l’embarcadère du ferry.

Mais après avoir rapidement vérifié la météo du lendemain, nous avons déchanté : pluie non-stop et vents violents au programme. Pour randonner jusqu’au Preikestolen, on pouvait difficilement imaginer pire. Alors, sur un coup de tête, nous nous sommes précipités vers le van et avons pris la route pour rejoindre le départ de la randonnée du Preikestolen avant la tombée de la nuit. Je vous en dis plus très bientôt !

A très bientôt,

Leave a reply

Your email address will not be published.