Sur la route du vin en Sancerre

Je viens d’une famille pour laquelle un bon vin est l’allié indispensable d’un repas. Mes parents et grand-parents ont des caves plutôt bien fournies et rien ne fait plus plaisir à mon grand-père que de dénicher un vin de qualité proposé par un petit producteur méconnu lors des foires ou de visites de caves. De même, je ne compte plus les moments passés en famille avec mes parents, ma cousine, Mr. Ketchup, à discuter sans discontinuer jusque tard dans la nuit en compagnie d’une bonne bouteille. Le vin, c’est donc une histoire de famille.

Depuis quelques années, je regrettais de ne pas en savoir davantage sur ce sujet. C’est donc tout naturellement que Myriam – copine de mes aventures à Lisbonne l’été dernier ! – et moi avons décidé de partir à la découverte de vignobles durant un week-end entre copines. Quant au choix de la région, le choix s’est, encore une fois, presque imposé à nous. Après avis de ma famille (évidemment) et d’un ami de Myriam, et quelques recherches sur internet nous avons jeté notre dévolu sur le Sancerre. Toutes les deux fans de vin blanc sec, nous étions assurées de trouver dans cette région de quoi nous rendre heureuses !

Autre avantage, rejoindre Bourges depuis Paris est simplissime (2 heures de train, au départ de la gare d’Austerlitz) et peu cher (nous avons du payer 40€ aller-retour avec nos cartes jeune). Une fois à Bourges, nous avons récupéré notre jolie coccinelle Volkswagen, louée sur un site de location entre particuliers, et sommes parties en direction de Tracy-sur-Loire pour notre première dégustation.

Visite des caves et dégustation au Château de Tracy

Un peu d’histoire

Invisible depuis la route, il faut emprunter un long chemin parmi les arbres afin d’arriver jusqu’au Château de Tracy. Nous sommes accueillies par Cédric, apprenti vigneron en reconversion professionnelle, qui a la lourde charge de nous faire découvrir le domaine. Nous apprenons ainsi qu’un parchemin datant de 1396 mentionne l’achat du Champs de Cris par le Château, encore aujourd’hui planté en vigne et cultivé par le domaine. Cédric nous indique aussi que les aïeux des propriétaires actuels sont arrivés tout droit d’Ecosse au 15ème siècle avec l’armée des Stuart, afin de soutenir Charles VII qui les récompensa en leur octroyant la propriété d’Assay située non loin de Tracy. C’est un de leurs descendants qui épousa, plusieurs décennies plus tard, l’héritière du Château de Tracy.
Le domaine a pris un nouveau souffle depuis les années 50, quand Jacqueline de Tracy hérite du Château et décide, avec son mari le Comte Alain d’Assay, de le restaurer. Il s’agit vraiment d’une histoire familiale, c’était vraiment passionnant !

Place à la visite !

Pendant plus de deux heures, nous apprenons ainsi comment – et pourquoi – faire une greffe de vigne, comment tailler et protéger les vignes des intempéries ou parasites et bénéficions d’une initiation à la géologie, qui doit nous permettre de mieux comprendre les différences d’arômes entre plusieurs cuvées d’un même domaine. Nous passons ensuite à la dégustation des quatre cuvées de la maison :

Château de Tracy : la cuvée historique du domaine, issue d’un assemblage entre des terroirs calcaires (pour la rondeur) et des terroirs silex (pour la minéralité). C’est un vin sec léger, avec des notes de fruits et de fleurs blanches, qui laisse en bouche une petite pointe de sel. Je me suis laissée tenter par ce vin, qui m’a beaucoup séduite !

101 Rangs : la cuvée d’exception, produite par les plus vieilles vignes plantées en 1954 sur les terroirs silex qui environnent le château. La production est confidentielle (2000 bouteilles par an) pour ce vin très minéral et fin.

Haute Densité : la cuvée originale, dont les arômes davantage marqués et presque terreux sont dus à une haute densité de plantation des vignes (17000 pieds de vigne à l’hectare!). Ce fut le coup de coeur de Myriam, qui a cependant résisté à la tentation du fait d’un prix un peu élevé pour nos bourses.

Mademoiselle de T : la cuvée gourmande, issue d’une récolte sur les vins les plus jeunes afin de proposer des arômes variés, du citron aux fruits à chair blanche en passant par le poivre.

Pour être honnête, j’aurais pu acheter 15 bouteilles de chacun de ces vins tant je les ai appréciés, c’était une sacrée découverte ! Nous avons été ravies de commencer notre week-end découverte par le Château de Tracy, notamment grâce à la gentillesse de Cédric qui a su nous transmettre sa passion et nous conseiller des tas de bonnes adresses dans les environs pour bien profiter de la région. Nous sommes reparties légèrement tipsy mais très heureuses de cette première découverte et prêtes à continuer l’aventure !

Le château de Tracy
Pour visiter les caves et déguster les 4 cuvées du domaine, nous sommes passées par Wine Tour Booking . La dégustation uniquement est gratuite, tandis que la visite des caves vous en coûtera 8€ et la balade accompagnée dans les vignes 12€.
Je vous conseille absolument la visite des caves, surtout si ce sont vos premiers pas en Sancerre : les explications de Cédric nous ont permis de mieux apprécier nos dégustations suivantes et c’était un super moment à passer.
S’y rendre : CHÂTEAU DE TRACY, 58150 TRACY SUR LOIRE
Tel +33 03 86 26 15 12

Visites culturelles et dégustations à Sancerre

Nous avons donc repris notre petite coccinelle (que vous avez pu voir sur une des photos ci-dessus) et, après un détour par Chavignol pour grignoter un morceau, nous sommes arrivées dans la fameuse ville de Sancerre. Située en hauteur, le point de vue sur la région est époustouflant. Nous avons commencé par visiter la Maison des Sancerre, un musée plutôt intéressant qui explique les différentes méthodes de vinification pour le blanc, le rosé et le rouge en Sancerre. Ayant déjà appris de nombreuses choses lors de notre précédente dégustation à Tracy, nous avons malheureusement trouvé cela un peu redondant. Je vous conseillerais donc de visiter le musée AVANT de réaliser une première dégustation, ou de le zapper si vous préférez apprendre des producteurs directement. Dans ce cas, vous louperez cependant un mini-film en 4D sur la vie d’une petite coccinelle en Sancerre, et ce serait bien dommage (j’ai fait “l’attraction” deux fois, comme une gosse – j’adore les manèges !)

Nous devions pouvoir assister à un cours d’oenologie organisé par le musée mais, étant les 2 seules personnes à avoir réservé, le cours a été annulé. On nous a néanmoins offert de déguster 3 vins chacune, que nous avons siroté sur la terrasse surplombant le jardin du musée, en profitant du soleil. Un agréable moment calme, avant de reprendre la route.

Nous avons décidé d’aller à pieds jusque notre prochaine étape : le domaine Vincent Grall. C’est la femme de Vincent, Adelaïde qui nous a accueillies et nous a conduit, en voiture, jusque dans leurs vignes. Là, elle a installé une petite table et disposé 6 bouteilles, du crottin de chavignol et des biscuits aux amandes typiques de la région. La dégustation pouvait commencer, dans ce cadre paradisiaque (malgré les nuages menaçants qui commençaient à s’accumuler à l’horizon). Adelaïde nous a expliqué l’histoire de leur domaine de 4 hectares, qui est l’un des plus petits de la région. Il faut savoir qu’acheter un terrain en Sancerre est très compliqué : c’est un AOP recherché et la majorité des terrains sont possédés par de grandes familles viticoles qui peuvent cultiver jusque 80 à 100 hectares. Elle nous a aussi montré les différents sols (paillottes, terres blanches, terres argilo-silicieuses, séparées par une faille géologique) en précisant les conséquences sur les arômes présents dans les vins.

Cuvée Vincent Grall : disponible en blanc et en rosé, c’est la cuvée principale. Les arômes sont légers, légèrement fruités et on sent bien une certaine minéralité qui me plait beaucoup.

Cuvée Le Grall : la cuvée d’exception, qui est vraiment divine (mon coup de coeur!). C’est fin, c’est minéral, c’est excellent, que dire de plus ?

Déguster dans les vignes était vraiment un moment majeur du week-end, nous avons adoré cette expérience et la gentillesse d’Adelaïde nous a absolument conquises. J’ai craqué pour quelques bouteilles, que j’ai hâte de faire goûter à ma famille !

Le domaine Vincent Grall
Nous avons directement contacté le domaine afin de connaître leurs disponibilités, et Adélaïde nous a proposé la dégustation dans les vignes. N’hésitez pas à les appeler, ils pourrons vous conseiller au vu de vos envies !
La dégustation dans les vignes est réellement magique, c’est un MUST que je vous conseille chaudement
S’y rendre : DOMAINE VINCENT GRALL, 149 Avenue nationale, 18300 Sancerre
Tel (+33) 02 48 78 00 42

Après ce beau moment, nous sommes parties au volant de notre coccinelle récupérer les clés de notre Airbnb, perdu dans la campagne. Nous sommes ensuite allées diner au restaurant Le Chat, à Cosne-sur-Loire. Il ne paie pas de mine à l’extérieur, on s’est réellement demandé si nous nous étions trompées d’adresse, mais l’intérieur est très chaleureux et nous y avons bien mangé, c’est l’une des meilleures tables de la région.

Dégustation au Château de Sancerre

Sur les conseils d’Adélaïde Grall, nous avions réservé une dégustation en haut de la tour du château de Sancerre, pour 11h30. Malheureusement, lorsque nous sommes arrivées il pleuvait encore à torrent et notre guide – la fille d’Adélaïde, quand on vous dit que le vin c’est une histoire de famille dans la région ! – nous a prévenu que l’on ferait plutôt la dégustation dans la boutique. Nous avons quand même pu entrer dans l’enceinte du château afin de nous promener rapidement dans les jardins en fleurs.

Le château a été quasiment entièrement démoli durant la guerre de 100 ans, il n’en reste qu’une tour qui surplombe la vallée, nous gratifiant d’un panorama époustouflant. Au loin, on peut encore apercevoir une longue route qui traverse la forêt : c’est celle qu’on empruntait pour se rendre à Paris, à cheval. Malgré le temps orageux, voir la région d’aussi haut était magique, notamment lorsqu’un unique rayon de lumière est venu illuminer de reflets dorés un versant de la vallée. La tour en elle-même est à peine restaurée, à l’inverse de la majorité des châteaux que l’on peut visiter aujourd’hui. C’était fascinant de pouvoir voir les pierres brutes, les grandes cheminées, les fauteuils en bois massifs.

Une fois redescendues vers la boutique, nous avons pu déguster plusieurs cuvées du château, accompagnées de crottin de chavignol et de charcuterie à tomber. Les vins sont vraiment bons, notamment le rosé qui est particulièrement doux et fruité (et une bouteille de plus, une !) ainsi que la Cuvée du Connétable, élevée en partie en fûts de chêne.

Le château de Sancerre
Vous pouvez réserver une visite de la tour et une dégustation auprès de l’Office de Tourisme de Sancerre. C’était un moment très sympathique, et le panorama vaut le détour !
S’y rendre : Château de Sancerre, Rue Porte César, 18300 Sancerre
Tel (+33) 02 48 78 51 52

Visite commentée et dégustation au Domaine Eric Louis

Après avoir partagé une planche de fromages à la Table du Connétable, juste à côté du château, nous sommes parties pour notre dernier stop : la cave d’Eric Louis, située à Thauvenay. Sur place, Caroline nous a accueillies ainsi que 6 autres visiteurs avides d’en apprendre plus sur le domaine. C’était la première fois que nous étions plusieurs lors d’une visite, ce qui a assurément changé la dynamique et a donné des moments d’échanges très sympathiques.

Caroline est très pédagogue, nous avons ainsi consolidé nos connaissances sur le processus de vinification pour les blancs, rosés et rouges de la maison. La cave étant bien plus grande et les processus de fabrication plus modernes que ce que nous avions vu jusqu’alors, c’était particulièrement intéressant. Après près d’une heure de visite, nous nous sommes installés autour d’une énorme table en bois massif pour passer à la dégustation d’une dizaine de bouteilles, du blanc (Quincy, issu des terres sablonneuses) au rouge (Cuvée La Pauline, élevée en fût d’Acacia). Ma préférence est ainsi allée à cette dernière cuvée, au goût plus prononcé que les autres rouges sancerrois goûtés du fait de son élevage en fut, mais aux arômes plus doux néanmoins qu’un bourgogne ou bordeaux grâce à l’acacia. Moi qui suis peu sensible aux rouges, j’ai pu en apprécier plusieurs (mes parents ne s’en sont pas encore remis…) Encore une fois, la dégustation était accompagnée de plusieurs types de crottins de chavignol, un vrai régal !

Le domaine Eric Louis
N’hésitez pas à contacter directement le domaine par téléphone afin de planifier une visite et/ou une dégustation. Je vous conseille de planifier cet arrêt parmi les premiers, car la pédagogie de Caroline est particulièrement appréciée pour bien comprendre les processus de vinification.
S’y rendre : Domaine Eric Louis , 26 Rue de la Mairie, 18300 Thauvenay
Tel (+33) 02 48 79 91 46

Après cette dégustation, nous avons bu (beaucoup) d’eau et mangé (tout autant) de chavignol avant de reprendre la route en direction de Bourges, les valises chargées de bouteilles que j’ai hâte de faire partager à mes proches et à mes amis !
Ce week-end était une réelle belle surprise : je ne connaissais pas la région, mais ce court séjour m’a définitivement donné envie d’y revenir un peu plus longtemps pour davantage profiter de la beauté des lieux… et en profiter pour tester de nouvelles caves que l’on nous a conseillé !

A bientôt,

Leave a reply

Your email address will not be published.